Jean-Paul II à Cogne le 21 août 1994

Le pape Jean-Paul II lors de son passage à Cogne a prononcé ces propos sur la montagne et la création

 

Ce lieu enchanteur conserve aussi le souvenir d’un jeune croyant de notre siècle, Pier Giorgio Frassati, que j’ai eu la joie de proclamer « bienheureux » le 20 mai 1990. Il avait l’habitude de séjourner à Cogne. Il explorait avec ardeur les cimes qui forment comme une couronne au-dessus de la ville et avait fait de chaque escalade en montagne un itinéraire qui accompagnait un autre chemin ascé­tique et spirituel, une école de prière et d’action, un engagement de discipline et d’élévation. Il avouait à ses amis : « Chaque jour qui passe me rend éperdument amoureux de la montagne ». Et il ajoutait : « Je désire toujours plus escalader les montagnes, atteindre les pointes les plus ardues, éprouver cette joie que l’on éprouve seulement dans la montagne»

Chers frères et sœurs, comme saint Besson et saint Ours, le bienheureux Pier Giorgio a su unir au généreux service du Seigneur et de ses frères l’admiration pour l’harmonie de la création. Elle nous est tellement nécessaire cette admiration pour le créé, admiration de l’œuvre de Dieu; à travers l’admiration du créé, l’admiration de Dieu lui-même, à travers l’admiration du visible, l’admiration de l’invisible. Que Pier Giorgio — qui est presque notre contemporain — soit un exemple pour tous ceux qui habitent ici et pour ceux qui se rendent à la montagne pour un temps de repos bien mérité, spécialement pour les jeunes, un jeune pour les jeunes. Devant un spectacle de la nature aussi extraordinaire, on élève spontanément le cœur vers le ciel, comme le jeune Frassati aimait à le faire souvent.

 

Carte_Cogne  Cogne_italie

Page Hierarchy: Jean-Paul II à Cogne le 21 août 1994